confiance_en_soi_coaching_toulouse

L’enfant a besoin d’un regard structurant pour construire son estime de soi

 

La psycho-pédagogie nous apprend que nous renforçons ce sur quoi nous nous centrons. Plus vous allez porter attention sur quelque chose et plus vous allez le renforcer. C’est valable aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte.  A 20 ans, un jeune adulte a reçu aux alentours de 28000 heures de marques d’attention négative.

 

Exemple : un enfant rapporte son carnet de notes à ses parents. Si les notes sont bonnes, les parents vont féliciter l’enfant 10 secondes. Au contraire, si les notes sont mauvaises, les reproches, critiques et jugements vont fuser pendant 2 heures.

Cela vous semble-t-il juste ? Il n’y aurait pas comme un loup ?

 

Notre société, nos entreprises entières se focalisent sur le résultat alors que chez nos cousins Canadiens ils se focalisent sur les progrès (le Canada se classe au 3e rang de pays les plus riches du monde pour la qualité de ses programmes d’études).

 

Exemple :

En France, un élève qui est passé en mathématiques de 3/10 à 4/10, on va lui dire « Tu es nul, j’espère que tu es meilleur en langue »

Version Canadienne : « Tu es passé de 3 à 4, tu as progressé. C’est bien, continue comme ça, ne lâches rien, tu vas y arriver ! »

 

En tant qu’enfant, nous avons tou.tes eu besoin d’un modèle et certains professeurs l’ont été. Pas des modèles dans leur matière mais des modèles humains. Nous avons adoré, aimé tel ou tel prof parce qu’il.elle a été à notre écoute, qu’il.elle nous a aidé à dépasser nos difficultés, à nous valoriser.

Ce qui est valable pour les professeurs et valable pour les parents.

 

Nous avons besoin de grandir avec des modèles humains qui nous donnent envie de nous aimer nous-mêmes. Vous comprendrez donc qu’en tant que parents vous avez aussi une part de responsabilité dans l’estime de soi chez votre enfant.

 

L’estime de soi c’est ce dont l’être humain a le plus besoin.

 

ESTIMER vient du latin AESTIMARE, que des étymologistes dérivent de aes, argent, et le suffixe tim (comme dans legi-timare) : évaluer en argent. (1)

 

Verbe qui regroupe deux notions

 

  • Donner une valeurexemple: « On estime les dégâts à plusieurs millions »
  • Donner une opinionexemple: « L’éducation française manque de positif »

 

Un enfant donc un futur adulte attend en permanence des modèles parentaux, une seule chose : qu’on lui donne une opinion sur ce qu’il est et qu’on lui donne de la valeur.

 

S’il reçoit une opinion positive -> il aura une bonne image de soi

Si on lui donne de la valeur -> il aura un bon amour de soi

 

L’image de soi et l’amour de soi favorisent la confiance en soi : voici les 3 piliers de l’estime de soi.

 

 

L’empowerment dans tout ça …

Si vous voulez avoir quelqu’un de motivé, stimulez positivement tout ce qu’il fait, renforcez-le, soulignez ce qui va. Ayons une attitude positive, soulignons ce qui va ! Ceci est valable dans la communication extérieure mais aussi dans ma communication interne, avec moi-même.

 

Quand vous vous parlez à vous-même, utilisez des formules positives ! Soulignez 8 fois ce que vous faites de bien pour 2 fois ce que vous ne faites pas bien.

 

Être indépendante, développer son empowerment c’est prendre ses responsabilités et assumerconsciemment ses choix. C’est décider de ses pensées, du regard que vous portez sur vous et quelles valeurs vous sont vitales.

N’attendez pas de quelqu’un d’autre pour vous aimer et vous apprécier tel que vous êtes. C’est juste impossible ! Le regard que vous portez sur vous est 90% de votre réussite pour atteindre vos objectifs. Soyez VOTRE priorité. Se choisir pour soi et pour les personnes qui sont importantes pour vous !

 

Les 3 piliers de l’estime de soi sont donc des « must have » pour développer son empowerment.

 

Je serai ravie de lire votre commentaire et connaître votre opinion sur le sujet …

 

 

 

Références